Les Statuts

Qu’est ce qu’une AMAP ?
L’AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) consiste à mettre en place un partenariat par contrat local entre un groupe de consommateurs et un ou plusieurs agriculteurs. Les consommateurs achètent une saison à l’avance une part de la production à un prix équitable fixé conjointement avec l’agriculteur. Ils s’engagent ainsi à soutenir la ferme dans la durée et à partager les risques liés à son activité (aléas climatiques, problèmes sanitaires…). En échange la ferme s’engage à proposer périodiquement des produits frais et de qualité.

Comment fonctionne l’A.M.A.P. de Ploërmel ?
Les agriculteurs et les consommateurs définissent ensemble la diversité et la quantité des produits du panier saisonnier (fruits, légumes, oeufs, fromage, viande…). Contrairement à la grande distribution, les consommateurs organisés en AMAP accordent moins d’importance à la standardisation des aliments.                                                                     Selon les produits concernés (légumes, pommes de terre, pommes, produits laitiers, pain, colis de viande, miel…), la périodicité des distributions est déterminée avec les amapiens en fonction de la saisonnalité de la production.                                                                                 La distribution se fait tous les jeudis en fin d’après-midi de 18 h 00 à 19 h 30 au 3 rue du 8 mai 1945 à Ploërmel. Elle a lieu avec la présence du producteur pour permettre le lien avec les consommateurs.                                                                                                                       Afin de permettre au producteur de se concentrer au mieux sur la qualité de son travail, un collectif est formé parmi les consommateurs de l’AMAP pour organiser l’association. L’implication des amapiens dans le fonctionnement est primordiale.                                    Les consommateurs participent à la confection des paniers et éventuellement à certains travaux de la ferme (par exemple en maraîchage : désherbage, récolte…).                         Des activités sont parfois organisées par les amapiens (visite de ferme, soirée festives, atelier vannerie…).

Une exigence en produits de qualité :
Le groupe de consommateurs et l’agriculteur se mettent également d’accord sur les méthodes agronomiques à employer.                                                                                          Ces dernières s’inspirent de la charte de l’agriculture paysanne et du cahier des charges de l’Agriculture Biologique (les producteurs possèdent souvent le logo « AB »). En effet, les adhérents d’une AMAP recherchent des aliments produits dans le respect de l’Homme, de la biodiversité et du rythme de la nature. Les AMAP participent ainsi à la lutte contre les pollutions et les risques générés par l’agriculture industrielle, et favorisent une gestion responsable et partagée du Bien Commun.

En résumé : L’AMAP procure une valorisation directe du travail au producteur et lui garantit l’écoulement de ses produits. Elle permet une indépendance économique locale, elle contribue à maintenir et établir des sites de productions territorialisés (proximité des bassins de production et de consommation). Elle soutient la biodiversité d’un terroir donné et la diversité de l’agriculture par la préservation de petites fermes produisant une grande
variété de produits. Elle créé l’opportunité d’un dialogue entre paysans et consommateurs. Elle créé un sens social des responsabilités et de la maîtrise du terroir local. Elle maintient un savoir faire, le respect des saisons et de l’environnement : c’est donc un outil éducatif et pédagogique important.

Les 10 principes de l’agriculture paysanne :

  1. Répartir les volumes de production afin de permettre au plus grand nombre d’agriculteurs d’accéder au métier et d’en vivre.
  2. Etre solidaire des paysans des autres régions d’Europe et du monde.
  3. Respecter la nature.
  4. Valoriser les ressources abondantes et économiser les ressources rares.
  5. Rechercher la transparence dans les actes d’achat, de production, de transformation et de vente des produits agricoles.
  6. Assurer la bonne qualité gustative et sanitaire des produits.
  7. Viser le maximum d’autonomie dans le fonctionnement des exploitations.
  8. Rechercher les partenariats avec d’autres acteurs du monde rural.
  9. Maintenir la diversité des populations animales élevées et des variétés végétales cultivées.
  10. Raisonner toujours à long terme et de manière globale.

Les 18 principes généraux des AMAP :

  1. La référence à la charte de l’agriculture paysanne pour chaque producteur.
  2. Une production de dimension humaine adaptée aux types de culture et d’élevage.
  3. Une production respectueuse de la nature, de l’environnement et de l’animal : développement d’une biodiversité, fertilité des sols, production sans engrais chimiques de synthèse ni pesticides, gestion économique de l’eau, …
  4. Une bonne qualité des produits : gustative, sanitaire, environnementale.
  5. L’appui à l’agriculture paysanne locale.
  6. La solidarité et des liens actifs avec tous les acteurs locaux œuvrant pour le maintien de l’agriculture durable et d’un commerce solidaire.
  7. Le respect des normes sociales par rapport aux employés de l’exploitation, y compris le personnel temporaire.
  8. La recherche de la transparence dans les actes d’achat, de production, de transformation et de vente des produits agricoles.
  9. L’accompagnement des producteurs à l’autonomie, c’est-à-dire la capacité à être maître de ses choix.
  10. La proximité du producteur et des consommateurs : elle est indispensable pour assurer le lien direct entre eux et pour favoriser le circuit le plus court entre producteur et consommateurs.
  11. Une AMAP par producteur et par groupe local de consommateurs.
  12. La formalisation et le respect des contrats à chaque saison entre consommateurs et producteurs.
  13. Aucun intermédiaire entre producteur et consommateurs, pas de produits achetés et revendus par le producteur sans accord des consommateurs.
  14. La définition à chaque saison d’un prix équitable entre producteur et consommateurs.
  15. Une information fréquente du consommateur sur les produits.
  16. La solidarité des consommateurs avec le producteur dans les aléas de la production.
  17. Une participation active des consommateurs à l’AMAP favorisée par la responsabilisation du maximum d’adhérents.
  18. Une sensibilisation des adhérents de l’AMAP aux particularités de l’agriculture paysanne.